Home

Cogan Killing Them Softly

Inégal, farfelu, crise, noir, lenteurs. Je n’y retrouve que peu de l’attrait eu pour l’excellent Jesse James. Jenkins/Gandolfini sont sous exploités et la réalisation trop déséquilibrée.Néanmoins, certaines scènes sont des joyaux, latmosphère glauque est digne d’un Lynch, et Pitt est cynique à souhait.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s